Maya Angelou

maya angelou livre de poche chronique radio mon païs toulouse

Il y a quelques semaines, j’avais parlé du premier tome de l’œuvre autobiographique de Maya Angelou, Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage, dans lequel elle raconte son enfance passée à Stamps, dans l’Arkansas, un état du Sud où sévissait la ségrégation. Elle y évoque aussi son adolescence en Californie, sa grossesse précoce, et ses responsabilités de toute jeune mère d’à peine 17 ans.

Et bien j’ai profité de la trêve hivernale pour lire 3 autres tomes de sa biographie : Tant que je serai noire, Un billet d’avion pour l’Afrique et Lady B.

Dans le premier, on la retrouve, jeune mère dans l’Amérique de la fin des années 50. Maya Angelou est alors chanteuse, elle se produit dans les boîtes de nuit de la côte ouest, elle part en tournée avec l’opéra Porgy and Bess, déménage souvent, fait tout pour joindre les deux bouts et subvenir aux besoins de son fils.

En 1957, elle décide, non sans craintes, de tenter l’expérience de l’écriture. Elle part rejoindre Harlem, épicentre de l’activité intellectuelle des Noirs américains, et entre dans la Harlem Writers Guild.

Elle participe aux bouleversements artistiques et politiques de l’époque, notamment celui des droits civiques. Enfin, elle suivra, avec son fils, Vusumzi Make, combattant pour la liberté et les droits des Noirs d’Afrique du Sud. Ils s’installent ensemble au Caire. Maya y deviendra journaliste.

maya angelou livre de poche chronique radio mon païs toulouse

Nos contradictions formaient un véritable labyrinthe. Les Américains, blancs et noirs, exécutaient des pas de danse parallèles, complexes et souvent dangereux. À force d’avancées, de retournements et de marches arrière, vous fûmes les architectes de notre propre confusion.

Maya Angelou, Tant que je serai noire

Un billet d’avion pour l’Afrique, comme le titre l’indique, est la suite des aventures de Maya Angelou sur le continent africain. Séparé de son ancien conjoint, elle quitte le Caire et accompagne son fils au Ghana, car ce dernier souhaite s’inscrire à l’université d’Accra. Maya doit repartir par la suite au Libéria, où l’attend un nouveau poste de journaliste. Mais son fils est victime d’un terrible accident de voiture. Il en ressort la nuque brisée. Maya décide alors de rester au Ghana, pays indépendant dirigé par par l’un des artisans du panafricanisme, Kwame Nkrumah. Et comme nombre de ses concitoyens américains, elle y tente l’aventure africaine, source à la fois de tant d’espoirs, et de tant de déceptions pour les déracinés qu’ils sont.

maya angelou livre de poche chronique radio mon païs toulouse

Enfin, Lady B est consacrée à une figure qui n’a eut de cesse de fasciner Maya Angelou, celle de sa mère, Viviane Baxter, cette mère qui les abandonna elle et son frère à l’âge de 3 et 4 ans, et les retrouva près de 10 ans plus tard. Absente et si présente. Répandant son amour au juste moment. La traitant toujours comme son égal, et sans complaisance.

Cette femme incroyable, qui a plus de 40 ans, après avoir été agente immobilière, infirmière, propriétaire d’une maison de jeu et d’un hôtel, s’engage dans la marine marchande juste parce que le syndicat n’accepte pas les femmes, et encore moins les femmes noires.

Voilà, je ne peux que vous conseiller la lecture de Maya Angelou pour vos longues soirées d’hiver.

Entre le récit de ses relations chaotiques, et celui ses engagements artistiques et politiques, elle nous a laissé une œuvre captivante, dans lesquelles résonnent des interrogations universelles, et des thématiques comme celle des identités, encore et toujours d’actualité (et toujours aussi confuses).

Au total, en quatre tommes, ce sont plus de 1000 pages pour à peu près 30€

Aux éditions Le Livre de Poche : 

Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage – 7,90€

Tant que je serai noire – 7,90€

Un billet d’avion pour l’Afrique7,30€

Lady B – 7,20€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.