Je cuisine un jour bleu

Je cuisine un jour bleu Terre vivante radio mon païs

 

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un livre qui s’appelle :

Je cuisine un jour bleu.

Sous cette phrase surréaliste se cachent non pas une plume, mais des dizaines, qui ont écrit et mis en page une quarantaine de recettes très poétiques.

Voici les titres de quelques-unes d’entre elles : Le riz vert d’Arthur, La courge déguisée de César, Les spaghettis bleus de Corentin, hommage à sa passion pour la pâte à modeler, ou encore La non-recette philosophique et mathématique du chou romanesco de Amélie.

Je cuisine un jour bleu Terre vivante radio mon païs   Je cuisine un jour bleu Terre vivante radio mon païs

Derrière cette aventure culinaire un peu particulière, il y a deux hommes : tout d’abord Josef Schovanec, auteur et conférencier autiste, diplômé de Sciences-Po, et hyperpolyglotte, parlant notamment l’hébreu, le persan, l’amharique, l’azéri, l’éthiopien… Et puis Claude Carat, notamment président de l’association qui gère la Fête de la Gastronomie.

De la rencontre entre les deux intellectuels gourmets est né l’idée d’un bouquin qui évoquerait, tout en lui rendant hommage, la relation entre les personnes autistes et la nourriture. Une relation parfois compliquée, et souvent complexe.

Je cuisine un jour bleu Terre vivante radio mon païs   Je cuisine un jour bleu Terre vivante radio mon païs

Pour comprendre le défi quotidien que représente l’alimentation pour les personnes autistes, voici un aperçu des restrictions et des phobies alimentaires évoquées dans l’ouvrage : pas de fromage, pas de légume, pas de morceaux, pas de consistance molle, pas d’aliment vert, pas d’aliments grillés, pas d’aliment blanc ou orange…

Les troubles du spectre de l’autisme impactent la sensibilité face à la nourriture, qu’il s’agisse de l’aspect, de la texture, de la couleur, de l’odeur ou du goût des aliments, nature ou cuisinés. Les personnes autistes, les familles et les association relèvent le défi d’offrir une alimentation la plus équilibrée possible, au quotidien, malgré ces particularités sensorielles, voire cette hypersensibilité, sources de nombreuses difficultés.

Je cuisine un jour bleu Terre vivante radio mon païs   Je cuisine un jour bleu Terre vivante radio mon païs

Le livre est parrainé par deux chefs, Guillaume Gomez, chef des cuisines du Palais de l’Élysée, et Michel Roth, chef de l’hôtel Président Wilson à Genève. La plupart des recettes ont été partagées sur les réseaux sociaux, suite à un appel à contributions lancé par Josef Schovanec et Claude Carat. Aux fourneaux, le chef Christophe Bligny, professeur à l’école de Paris des Métiers de la Table, s’est chargé de reproduire les recettes. Le photographe culinaire Jean-Michel Coulier a signé les photos, et Emmanuel Ville les illustrations. Enfin, Fabienne Vaslet, éditrice free lance, a dirigé cet ouvrage collaboratif.

Un mot sur la maison d’édition qui publie Je cuisine un jour bleu : c’est Terre vivante, qui se trouve ici assez loin de sa ligne éditoriale traditionnelle, toute tournée vers l’écologie.

Le livre coûte 21 €, et les droits d’auteurs sont reversés à des associations œuvrant pour les droits des personnes autistes, ce qui ne gâche rien.

Je cuisine un jour bleu, paru chez Terre Vivante, un livre à s’offrir ou à offrir, en tout cas à acheter dans votre librairie indépendante car, on le rappelle, le prix du livre est le même partout en France, quelque soit le commerce, grâce à une loi votée en 1981.

 

Excusez-moi de vous interrompre, en direct sur Radio Mon Païs (RMP pour les intimes) tous les lundis à 17h.

Rediffusion lundi 22h – mardi 11h – samedi 16h30.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *